«Tentation de Jésus, tentation de la personne consacrée »

« Dans le Christ, c'est toi qui étais tenté, parce que le Christ tenait de toi sa chair, pour te donner le salut ; tenait de toi la mort, pour te donner la vie ; tenait de toi les outrages, pour te donner les honneurs ; donc il tenait de toi la tentation, pour te donner la victoire. Si c'est en lui que nous sommes tentés, c'est en lui que nous dominons le diable. » C'est avec  ces paroles de Saint Augustin tirées de son homélie sur le psaume 60, que le père Valentin NTUMBA KAPAMBU, Carme Déchaux, a débuté son exposé. Quand on parle de tentation, nous avons tendance à penser d'abord au mal. Mais dans la Bible, quand Dieu permet la tentation, c'est avec l'idée d'éprouver l'homme et de voir jusqu'où va l'obéissance de ce dernier envers lui. Tel est le cas de JOB. La tentation peut être aussi comprise comme toute idée ou toute pensée qui pousse l'homme à faire le mal.


Dans son évangile, Saint Matthieu, tout en donnant au tentateur le nom du diable, de celui qui divise, qui désuni et rompt l'unité entre les hommes, celui qui cherche à séduire et à éveiller le sens, nous présente trois sortes de tentations de Jésus au désert : la tentation de la faim, la tentation du
défi à Dieu ou de la mise à l'épreuve de Dieu et la tentation de la puissance. Le cœur de ces trois tentations que Jésus a connues c'est la proposition
d'instrumentaliser Dieu, de l'utiliser pour ses propres intérêts, sa propre gloire, pour son propre  succès. Les tentations visent à amener Jésus à ne pas être fidèle à son Père. Elles veulent amener Jésus à une autre destinée qu'à celle de mourir sur la Croix. Mais les tentations de Jésus reprennent nos propres tentations comme le dit Saint Augustin: « Si c'est en lui que nous sommes tentés, c'est en lui que nous
dominons le diable ».

Les personnes consacrées ne sont pas épargnées de la tentation. Le diable profite souvent des moments et des situations d'adversités, de la faim, de deuil, de la fatigue, des déceptions, des persécutions, des situations limites de notre vie pour insinuer le doute dans nos cœurs. On peut ranger les tentations des personnes consacrées sous trois aspects :


a) La tentation de l'Avoir : Cette tentation questionne notre propre identité, notre dignité, notre vocation. Nous connaissons dans notre vie de
gens qui nous disent : « Si vraiment tu étais consacré, tu devrais faire ceci ou cela pour tes parents, pour tes proches etc. » C'est vrai
qu'on attend des actions bienfaisantes de la part des personnes consacrées. Tout compte fait,  la mission première n'est pas celle-là, mais de témoigner du primat de Dieu, du sens de Dieu.  La tentation de l'avoir se double de l'abus du pouvoir de l'homme sur la nature.


b) La tentation du Paraître : C'est la recherche du prestige, de la gloire. Chacun éprouve un besoin d'être reconnu. C'est la tentation de l'image. Notre
culture actuelle est marquée par l'apparence.


c)La tentation du Pouvoir : C'est le fait de vouloir être supérieur par rapport aux autres. Nous avons en nous la faim et la soif  de dominer l'univers crée, de dominer les autres, de les surpasser. Nous devons comprendre « surpasser » dans le cadre d'une ambition légitime, source de progrès et d'émulation, mais nous devons  éviter le danger et le piège de la domination à travers le pouvoir abusif qui écrase les autres.

Mais comme le Christ, nous pouvons vaincre la tentation à travers la vigilance, le jeûne et la prière.


Frère Emmanuel
MUSUMBU, ocd


Rechercher

OCD CONGO © 2003-2015 Tous droits réservés. Pères Carmes Déchaux R.D.C

Frère Godefroid Masereri, ocd