Kigali: Jubilé du 5ème centenaire et profession solennelle

Le 23 mai 2015 : une journée radieuse au Carmel de Kigali :  Jubilé du 5ème centenaire de la naissance de Sainte Thérèse d'Avila  et Profession solennelle


 


  
  
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
   
  
  
  
 
  
 


 

Préparé depuis  longtemps, le Grand Jubilé de 500 ans de naissance de Notre Mère Sainte Thérèse de Jésus a été célébré  officiellement au Carmel de Kigali ce samedi la veille de la Pentecôte 2015. 
 
 

Nous avons saisi  l'occasion unique de l'émission de vœux définitifs de nos trois sœurs Marie   Belise, Bellancilla et Christiane Marie, pour offrir à notre Mère ce don qu'elle nous donne, fruit de sa maternité, mais que le Seigneur Lui-même nous donne et que nous Lui rendons en action de grâce


                                                                                                            

En effet, le Seigneur nous a fait comprendre combien cette journée était la meilleure, bien indiquée, étant : la veille de la Pentecôte, dans le mois de Marie, dans l'année de la vie consacrée, dans l'année jubilaire de notre Mère Saint Thérèse, bref un moment de grâce et de bénédiction ...


 
 

Et voilà qu'en ce  jour, à notre grande surprise, les familles de nos sœurs et les différent amis du Carmel ont répondu avec enthousiasme à notre invitation qui les  conviait à cette double solennité. Très tôt le matin, le lieu prévu, dans notre espace vert, est plein de fidèles. La Chorale « La Voix des Anges » crée déjà l'ambiance de la joie de ce jour bien ensoleillé.


 
 

Les cérémonies commencent à 09h20, par une longue procession sous la vibrante mélodie de  Jubilate Deo : les enfants de Chœur, les membres de la Famille Carmélitaine dont les moniales, trente un prêtres dont neuf frères carmes et les Evêques  de Kabgayi et de Kigali.


 


 
 
 


  
 


 

Le passage de notre Mère Présidente de l'Association, Sr Domitille, qui lui a permis de faire une courte halte parmi nous, avant de rejoindre le groupe de jeunes carmélites en session à Cyangugu, a rehaussé notre joie. Malheureusement sa participation fut perturbée par la recherche de sa valise et son passeport égarés à Nairobi.





Dans le cadre du Jubilé de notre Mère Thérèse, nous avions préparé des panneaux qui rappellent les grandes étapes de sa vie, Le mot d'accueil est donné par le curé de la Paroisse Saint Charles Lwanga, A. Nshagayimana Gérard, qui a parlé en plus d'un autre Jubilé de 50ème Jubilé de fondation de la dite paroisse. Il manifesta sa joie de prendre part aux festivités des vœux de ses  sœurs Carmélites en cette année de la Vie consacrée.




A suivi le P. NZEYIMANA Jean Paul Amede qui nous a fait la lecture de la lettre écrite par  le Saint Père, à l'Ordre du Carmel, le 28 mars 2015, à l'occasion du 5ème centenaire de la naissance de notre Madre. Ce fut un long message, qui est  cependant un résumé de tout ce qu'on peut dire sur notre Sainte Mère :  « Sainte Thérèse est avant tout maîtresse d' oraison. La découverte de l'humanité du Christ a été au cœur de son expérience. » « Du jour de sa rencontre avec Jésus, Sainte Thérèse a vécu "une autre vie"; elle est devenue une inlassable porte-parole de l'Évangile »


 

 


  
 


 
 





P. NZEYIMANA Amedé, adjoint
  du délégué  des Carmes Rwanda Burundi


 

Dans son homélie, notre Père l'Archevêque Mgr Thaddée NTIHINYURWA, a invité les professes de vivre les merveilles de l'Epouse des Cantiques des Cantiques (1ière
lecture) :

Tous les jours sont bons car l'épouse est toujours avec son Epoux, notre Seigneur, qui est la lumière éternelle, l'éclat de l'amour. Restez toujours radieuses de l'amour et de la lumière, gardant la chaleur du cœur grâce à la joie et la paix, d'abord et surtout dans notre propre foyer, notre communauté. Que votre communauté soit le seul lieu de votre vie, c'est ici que vous a conduites le Seigneur. Que cette amour s'extériorise, et ceux qui vous verrons rendrons grâce au Seigneur. Vous serez
assistées par le Saint Esprit qui vous donne la force et l'intelligence des épouses du Christ. Nous remercions les parents qui accueillent l'appel de leurs enfants sans résistance. Bien que nous ayons rien à revendiquer, puisque ces enfants sont à Dieu.


  
  
  
  
 

Mgr Thaddée NTIHINYURWA, Archevêque de Kigali
 


 

C'est une grande grâce
  que le Seigneur nous fait quand Il propose son choix sur l'un de nous pour
  qu'il soit sa propriété ... Nous rendons grâce aussi pour notre Mère l'Eglise
  qui accueille et bénie les consacrés. Notre héritage commun et unique c'est
  l'amour, l'amour de Dieu et du prochain (Evangile : Jn 15,11-17).  Continuons le chemin de notre vie sans
  peur, plutôt dans la joie de vivre avec le CHRIST qui nous aime et nous
  appelle à vivre avec Lui.


 
 



 

 Ensuite nous sommes entrées dans la longue, belle et priante cérémonie de rite de profession solennelle : dialogue entre l'Archevêque et les professes mêmes. Moment de prostration des professes avec les litanies des saints. L'invocation à  l'Esprit Saint.  La prononciation des vœux chaque professe individuellement. La prière consécratoire, le don de voile noir signe de mort dans le CHRIST et de vie sobre. Et de bréviaire,  symbole de la mission de rester dans la prière de l'Eglise. Et enfin l'accueil définitif

 


  
 


 
 
des professes radieuses en voiles noirs sous les applaudissement et les accolades fraternelles.

La liturgie de l'Eucharistie a repris son cours avec l'Offertoire, les professes accompagnée de leur parents et de la Prieure ont fait procession des offrandes vers
l'autel: fleurs, fruits, cierge orné allumée, œufs et le pain /le vin.




 
 



 


   
 

Après la communion, le  plus beau morceau du jour a été la danse d'action de grâce où dans un laps de   seconde on a vu la couronne de la famille carmélitaine autour de l'autel dans   la joie des fils et filles de la Madre : les Frères Carmes, les  carmélites Thérésiennes missionnaires (deux branches), les Carmes séculiers et les Moniales, tous dansaient de joie comme des oiseaux lancés en plein air.

Avant la bénédiction finale, nous avons eu la joie d'écouter un bref témoignage de l'Evêque de Kabgayi, et Président de la Conférence Episcopale au Rwanda, Mgr Samalgde MBONYINTEGE : qui nous dévoila son secret d'avoir un lien sacré avec le carmel pour y avoir passé un stage de deux mois, quand, après le Petit Séminaire, il devrait faire son discernement si oui ou non, il continue au le Grand Séminaire.


Son Evêque l'amena au   carmel de Kigali, il priait et il vaquait aux diverses travaux manuels dont   la préparation des paillasses (lits des sœurs). Pour l'Evêque de Kabgayi,  parler de sainte Thérèse, c'est parler de la soif spirituelle. Sainte Thérèse est une sœur avec une soif ardente, qu'elle   communique aux autres et sait comment l'assouvir par la prière d'oraison, où  l'on boit pour être assouvi un petit moment mais aussitôt la soif reprend avec une vive ardeur. C'est comme disait   Saint Augustin quand il parlait du désir jamais satisfait, désir qui va de désir en désir, on désire DIEU chaque jour davantage.


 
 


  
 


 

Si vous avez encore de cette eau donnez-en moi, car je meurs toujours de soif, la soif du DIEU VIVANT, conclut l'Evêque de Kabgayi.

La célébration eucharistique a été suivie par l'agapè avec les danses traditionnelles, mots de circonstance, les cadeaux et le partage d'un verre ont égayé tous les invités.

La Mère prieure est revenue sur le Jubilé de Notre Madre à qui nous redisons infiniment « Joyeux Jubilé ». Evénement vital qui nous a permis de revoir les
mérites de Celle qui nous a tracé le chemin à suivre pour arriver à la perfection évangélique, chemin qu'ont embrassé nos trois sœurs par leur
engagement définitif, chemin qui nous invite à être des « Thérèse » de notre temps.

Quant aux professes, avec leurs beaux témoignages sur l'appel de DIEU, elles ont exprimé leur joie d'arriver enfin à leur aspiration comblée. Les membres de familles à leur tour ont salué la vie du Carmel, comme une merveille qui rassemble les personnes. Ils pensent avoir découvert le nouveau message de leurs filles, qui est d'avoir un cœur ouvert au Seigneur, à toute personne et à tout l'univers.

Un représentant de l'Etat nous a rassuré que le Gouvernement est pour les activités de l'Eglise car il respecte et protège chaque personne dans sa croyance. Il a félicité le carmel qui essaie, tout en restant dans sa mission, de collaborer au développement du pays par leurs activités de la vie quotidienne.



Le mot de clôture fut celui de notre Père Archevêque, qui a remercié tous ceux qui nous ont aidées pour préparer cette  journée radieuse. C'est
un heureux événement, une journée pareille est l'évangélisation même, affirme-t-il.  C'est un apostolat vocationnel. C'est une journée de rencontre et de prière les uns pour les autres. Même si on pense que cette famille a une vie cachée, cependant, elle est très sociable.

Les professes, elles, assurent comme saint Paul, que le Seigneur appelle et choisit qui Il veut. Je leur demande de porter dans leur prière ceux qui sont encore en chemin de recherche de leur vocation. Nous les remercions aussi, car elles confirment la foi de ceux qui hésitent. La recommandation est unique : Avoir confiance, prier
et se confier à la prière de nos frères et sœurs.

Avant de nous quitter, Notre Père Archevêque nous a bénis et sa bénédiction paternelle nous maintient dans la joie de la Pentecôte, fruit de l'ESPRIT SAINT.


Vos sœurs Carmélites de Kigali Nyamirambo


Rechercher

OCD CONGO © 2003-2015 Tous droits réservés. Pères Carmes Déchaux R.D.C

Frère Godefroid Masereri, ocd