Colloque International de Spiritualité

Colloque International de Spiritualité


Organisé à l'occasion de 500 ans de naissance de Sainte Thérèse de Jésus


 

Thème général :

Discernement spirituel en temps de crise


L'apport de sainte Thérèse de Jésus

Depuis quelques décennies, l'Afrique traverse une crise multiforme. Celle-ci ne peut laisser indifférent un Centre de Spiritualité dont la mission est, d'après Mgr
Tharcisse Tshibangu, alors évêque auxiliaire de Kinshasa, de promouvoir « une grande richesse spirituelle » et de rayonner « profondément par son enseignement et par ses inspirations sur notre diocèse de Kinshasa et au-delà de l'Afrique »[1].
C'est ainsi que, fidèle à cette mission initiale, sa direction a pensé organiser un Colloque au cours duquel les intervenants ainsi que les différents participants sont appelés à réfléchir sur le thème du discernement spirituel dans le contexte de crise qui enserre le continent africain de part en part, à la lumière de Sainte Thérèse de Jésus dont la grande famille carmélitaine célèbre cette année les 500 ans de sa naissance.

En effet, dans cette Afrique comme partout ailleurs, le fruit de l'expérience de la vie humaine nous montre que, les décisions, petites ou grandes, importantes ou moins
importantes, constituent le tissu de chacune de nos journées. Cependant, compte tenu de cette insuffisance des forces et de la qualité des moyens de décisions susceptibles d'aider l'Afrique à éteindre efficacement cet incendie qui la consume[2], la Réformatrice du Carmel, cette femme de liberté intérieure qui s'est désaltérée à la source de la Parole et des différentes traditions spirituelles qui l'ont fortement marquées, nous permet de fonder nos décisions sur une expérience éprouvée de discernement spirituel.

Acte humain, discerner c'est « reconnaître distinctement par un effort d'attention (...) Découvrir par la réflexion, le jugement ». Il s'agit donc de se rendre compte
précisément de la nature et de la valeur d'une chose pour la distinguer d'autres choses mêlées à elle ou confondues avec elle. Il y a en effet un discernement naturel, qui fait usage du bon sens lequel est, d'après René Descartes, la chose du monde la mieux partagée entre les hommes. Outre ce discernement naturel, il est possible d'en décliner d'autres, notamment celui spirituel.

Ainsi, un discernement sera dit spirituel lorsqu'il a pour objet les mouvements intérieurs qui animent l'âme. Mieux encore, il s'agit, tout bien considéré, d'un acte de notre liberté qui, par le tranchant de la parole, nous fait sortir de cette confusion, à l'image de la Parole créatrice, laquelle tranche et sépare dans le « tohu-bohu » originel (cf. Gn. 1). C'est à la lumière de ce qui précède que se cristallise le profond enracinement biblique du discernement spirituel. C'est à la source de ce discernement que s'est nourri et affermi le riche cheminement de l'Eglise au long de son histoire ainsi que le choix de vie radical des Formateurs et Réformateurs de la vie consacrée et sacerdotale. C'est également lui, ce discernement qui illumine et affine jusqu'à nos jours, le complexe et délicat travail des accompagnateurs spirituels dans leur tâche du discernement des esprits.

Et puisque cet exercice demeure très peu connu et réservé à une certaine élite, la fine crème des différents conférenciers à ce Colloque a été rassemblé avec pour particulier devoir de rendre accessible à tous, à l'aune de l'expérience de la séraphique d'Avila, cette démarche du discernement spirituel.

Leurs différentes interventions devront éventuellement prendre en considération les préoccupations ci-dessous formulées :

-       Comment aider l'africain à discerner ce que Dieu veut et désire pour lui ?

-       Comment un africain peut-il reconnaître, parmi les divers esprits, ceux qui sont néfastes pour les repousser et ceux qui sont bienfaisants pour les accueillir ?

-       Comment l'homme africain doit-il discerner pour ne pas se laisser balloter par tout vent de doctrine ?

-       Comment avoir une science qui permet de discerner le meilleur dans la vie ?

-       Comment pouvons-nous reconnaître les dons de Dieu dans la vie spirituelle et religieuse ?

-       Comment aider le chrétien africain, au sein même de la vie familiale et professionnelle, au milieu des multiples facettes de la vie sociale avec ses résonnances politiques et économiques, à déceler l'esprit qui est à l'origine de ses pensées, de ses sentiments et de ses actes ?

-       Comment savoir que telle doctrine ou telle œuvre est en conformité avec les Ecritures saintes et le Magistère ?

-       Comment choisir le bon leader politique à l'aide des critères de discernement des saints de l'Eglise ?

-       Quels repères pour un discernement politique ? 

Pourle Comité d'organisation

Père Valentin Ntumba, ocd






[1] Mgr. TharcisseTshibangu
cité par DamazeZuazua, Mot d'ouverture,
dans Son Eminence le Cardinal Malula, Archevêque de Kinshasa, Prière et vie
apostolique d'après Sainte Thérèse d'Avila, Kinshasa, 1988, 5.



[2]Cf. Ste. Thérèse de Jésus, « Chemin de Perfection », in Œuvres Complètes, Paris, Cerf, Chapitre 3, 1.




Rechercher

OCD CONGO © 2003-2015 Tous droits réservés. Pères Carmes Déchaux R.D.C

Frère Godefroid Masereri, ocd